Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
Si l'on avait la généalogie exacte et vraie de chaque famille, il est plus que vraisemblable qu'aucun homme ne serait estimé ni méprisé à l'occasion de sa naissance.  (? )
La réflexion du jour
Cesser d'apprendre c'est comme arrêter de vivre.
Activités
bénévole - geek - cycliste (cyclotouriste) - généalogiste - photographe - collectionneur - écrivain - enseignant - Diverses informations
Les mots clés
Le monde de l’astronomie * le monde des associations * le monde agricole * le monde du langage * le monde de l’école * Le monde des sciences et de la vie
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

1ère guerre mondiale : le premier mort

Mots clés : généalogiste , Histoire et histoires , 1J1P , 1GM

mardi 21 juillet 2015 , par Roland (généanaute)


Au vu du nombre officiel de tués, un débat puéril s’il en est : “Quel est le premier mort de la Grande Guerre ?â€

Je ne prendrai pas position mais je me suis posé, moi aussi la question, suite à l’un des articles du #challengeAZ : “J comme Jules Peugeot“ de Thierry Garrel (@guepier92). Avec les jeunes cyclotouristes, durant la semaine du 14 juillet 2015, nous sommes passés près de Vittonville et avons ensemble découvert le lieu du premier mort de cette guerre selon une plaque commémorative. Et ce n’était pas Jules Peugeot mais Fortuné Emile Pouget ! Il pourrait même peut-être s’agir d’un autre soldat : Georges Bigard tué par des balles amis très tôt ce 4 août. Le premier officier tué serait Paul Honoré le 6 août.

Quelques petites recherches plus tard, j’ai une explication : tout dépend de la date de référence. La guerre est officiellement déclarée le 3 août 2015. Jules Peugeot et Albert Mayer s’entretuent à Joncherey le 2 août, donc avant la déclaration officielle de la guerre. Le 4 août, c’est Fortuné Emile Pouget qui est le premier mort de la guerre officielle, à moins que ce ne soit Georges Bigard, tué ce même jour.

Il reste que Jules Peugeot, le français, et Albert Mayer, l’allemand, morts à quelques secondes l’un de l’autre symbolisent maintenant la paix et la réconcialiation.

Références :


Pour l’anecdote, le dernier mort serait Henry Gunther, un américain, à Ville-devant-Chaumont (55) le 11 novembre 1918 à 10 h 59.


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?