Lorand
Apprendre, comprendre et transmettre pour exister. (Descartes)
La citation du jour
Blaise Pascal : Voulez-vous qu'on dise du bien de vous ? N'en dites point.
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

https://www.lorand.org

Accueil > Généalogie MaLiBeLe > Pourquoi je lis tant d’articles sur les blogs en généalogie ?

Pourquoi je lis tant d’articles sur les blogs en généalogie ?

Mots clés : généalogie, #généalogie

lundi 23 janvier 2017, par Roland


En introduction, j’aurai pu citer "Savoir lire, c’est être libre !" (j’ai oublié de noter et/ou de mémoriser l’auteur). Ou encore "Lire c’est vivre" (là aussi, auteur inconnu). Mais, un livre, c’est d’abord une aide : une aide à vivre, à survivre quelquefois, à comprendre, à être, à savoir tout simplement. Lire sauve, ouvre donc l’esprit mais aussi la conscience. Lire un blog de généalogie, c’est ouvrir son esprit à d’autres perceptions de la généalogie, c’est découvrir de nouveaux outils pour ses recherches généalogiques, c’est être aidé(e) par la connaissance d’autres chemins de recherches, c’est...

 Ne plus avoir envie de lire...

Il n’y a rien de pire pour un gros lecteur que de ne plus avoir envie de lire. Et cela arrive de temps à autre sans réellement savoir pourquoi... Peut-être par la déception engendrée par la rencontre fortuite de trop de textes plutôt médiocres... Peut-être pour des raisons personnelles sans grand lien avec la lecture pour un observateur extérieur... Peut-être pour tout autre raison complètement indéterminée et indéterminable...

Ce n’est pas le sujet de cet article, alors passons aux choses sérieuses.

 Pourquoi je lis ?

Pour le rêve. Quelquefois pour permettre à mon imagination d’aller ailleurs : comme un refuge, comme une exploration aussi, souvent comme une découverte mais aussi comme la satisfaction d’une envie passagère.

Pour savoir. Quelquefois pour ne pas passer pour un ignorant ou pour briller un tout petit peu auprès des autres. Souvent pour simplement satisfaire ma curiosité et simplement m’informer. Et puis, pour comprendre le présent ou pour tenter de percer ce que l’avenir nous réserve.

Pour apprendre. Quelquefois pour en savoir un peu plus sur un thème particulier ou singulier. Souvent pour découvrir un sujet totalement méconnu. Et puis, pour comprendre une situation, un évènement, un comportement.

Pour aller vers les autres. Quelquefois pour mieux connaître un auteur qui m’a donné un peu de plaisir lors d’une lecture. Souvent pour rencontrer les autres pas seulement à travers leurs textes mais physiquement parce que quand je connais mieux quelqu’un, vaincre ma timidité maladive pour aller à sa rencontre est beaucoup plus facile. Et puis simplement pour mieux comprendre les autres.

Et puis, "La lecture nous modifie peu. Elle nous perfectionne peut-être, éventuellement, un peu, mais un salaud ne restera pas moins un salaud après avoir lu Racine." dans Pourquoi lire ? de Charles Dantzig, Grasset, 244 pages, ISBN : 2253162191 / 978-2253162193. Charles DAntzig écrit aussi " lire ne sert à rien ".

 Mais pourquoi lire des blogs ?

Pourquoi pas ?

Si ce n’est la longueur, connaissez-vous une vraie différence entre la lecture des livres (sur papier [1]) et les blogs (sur l’écran) ? Il n’y en a qu’une : la position du texte ! Et encore, même cette différence tend à s’estomper. Les écrits sont souvent horizontaux à la lecture d’un livre (papier) et souvent verticaux à la lecture d’un blog (écran). Le reste n’est qu’une question de remise en cause de nos habitudes : les jeunes qui n’en ont pas encore (des habitudes) s’adaptent très vite et lisent beaucoup plus qu’on ne le pense. Avec une forte propension à lire des inepties ou des textes inintéressants mais cela a toujours été le cas. Il y a cinquante ans, les jeunes que nous étions ne lisaient-ils pas Blek le Roc, Texas Ranger, Frimousse, Phamtom...? Il est vrai que le toucher est différend, que les odeurs sont absentes dans un cas alors que ce sont les sons qui sont impossibles dans l’autre. Mais on peut toujours goûter au plaisir de la lecture.

En fait le plus gros reproche fait aux blogs est leur contenu qui n’atteint pas des niveaux de qualité extraordinaire et leur foisonnement qui fait qu’on les rencontre à tout bout de recherches. La faible qualité, quand elle est présente [2], est due, sans nul doute possible, à la facilité avec laquelle il est possible de créer un blog utilisé la plupart du temps à la place d’échanges de lettres (courrier). Et il y a, dans cette facilité, un avantage énorme : le destinataire n’est pas unique ! Alors, on peut se prendre pour Joseph Kessel ou Julles Verne ou même, si on est très ambitieux, pour Victor Hugo ou Marcel Proust. Quand à leur foisonnement il est dû à l’apparente perception de l’absence de coût : lire un blog ne me coûte rien en apparence. Ne pas le lire s’il est inepte, inintéressant ou même nul reste tout de même tout aussi facile que de ne pas acheter de livres.

 Qu’est-ce que lire des blogs de généalogie peut bien apporter de spécifique ?

Je peux tenter de répondre à cette question parce que je lis beaucoup de blogs de généalogie. Pour vous en donner une petite idée, lire Quelques blogs francophones de généalogie... (575 blogs plus ou moins lus à l’heure où j’écris ces lignes).

Réponse rapide à la question : "voir ci-dessus toutes les raisons qui font que je lis !" mais ce serait quand même vous frustrer d’une part de mes réflexions.

Pour le rêve. Beaucoup de textes dans les blogs de généalogie nous renvoient au passé. Pas à notre passé mais à celui que nous n’avons pas vécu : celui de nos ancêtres. Bien sûr, il y manque presque toujours cet imaginaire que les grands écrivains savent créer pour nous mais notre imagination comble les pièces manquantes du puzzle de ces vies. Nous sommes parce qu’autrefois, des centaines ou des milliers de vie ont existé. Nous ne les percevons que comme un puzzle duquel il nous manque de plus en plus de pièces quand nous remontons le temps. Notre imagination tente de combler ces petites histoires qui font la vie, qui ont construit notre société, qui ont au final, façonner notre éducation.

Pour savoir. Parce que si nous, les généalogistes, cherchons nos ancêtres, si nous tentons d’explorer leur vie, l’histoire de leur époque, leur environnement géographique, social, économique, c’est bien parce que nous voulons en savoir davantage. C’est aussi parce que nous ne nous satisfaisons pas de ces pièces du puzzle que notre imagination reconstitue et parce que nous savons, plus ou moins intuitivement, que notre imagination fertile mêle trop nos désirs, nos envies et notre humeur pour reconstituer subjectivement les éléments qui construisent la vie de nos aïeux  .

Pour apprendre. Même s’il existe des collectionneurs d’ancêtres comme il existe des collectionneurs de livres qui n’ont lu aucune page de leurs livres bien rangés sur les étagères de leur bibliothèque, les généalogistes ont, toujours, une soif de savoir. Savoir pour s’informer mais aussi savoir pour comprendre les changements ou les non changements de vie de nos ancêtres. Savoir pour mieux nous connaître nous-même. Savoir pour comprendre nos comportements présents, comportements individuels (ce ne sont pas les psychogénéalogistes qui me contrediront) mais aussi comportements sociaux (ici ce sont les généalogistes de l’ADN qui seront plutôt d’accord).

Pour aller vers les autres. Merci de venir vers moi en lisant mes lignes comme je vais vers vous en lisant vos articles dans vos blogs de généalogie. Mais c’est aussi trouver des cousinages inconnus, insoupçonnés, insoupçonnables dans notre contemporanéité. Rencontrer ces inconnus même si ce n’est qu’à travers un message sur les réseaux sociaux c’est déjà se constituer une communauté, c’est vivre (et même survivre pour quelques-uns). Ne jamais oublier qu’aller vers les autres, c’est d’abord s’accepter tel que nous sommes.

Et puis, "Mieux connaître nos ancêtres nous change. Beaucoup. Davantage de respect pour les autres mais surtout davantage d’humilité. Notre vie devient de plus en plus petite. Notre histoire s’ajoute, va s’ajouter à l’histoire du monde mais n’est même pas le grain de sable dans l’univers de l’humanité. Notre vie est un puzzle dans le puzzle, un puzzle où, dès notre existence, des pièces sont perdues."

 Comment suivre l’actualité des blogs de généalogie ?

  • s’inscrire sur les réseaux sociaux : Framasphère, Twitter, Facebook, Instagramm...
  • créer son blog de généalogie et y constituer une blogroll
  • s’abonner à l’actualité des sites, abonnement proposées par beaucoup de blogs
  • utiliser un agrégateur de flux (expression un peu effrayantes j’en conviens). Schématiquement, un agrégateur de flux est un logiciel qui lit les pages "nouveautés" créées automatiquement par les plateformes de blogs ou par les CMS   et les présente chronologiquement pour que l’utilisateur n’est cliquer sur le lien lié au titre s’il souhaite lire l’article
  • se créer une liste des blogs (mais attention, les blogs sont des êtres vivants qui naissent, vivent, vivotent, survivent, meurent, disparaissent... = Les blogs)
  • échanger avec d’autres blogueurs généalogistes : les généablogueurs
  • ...

[1Parce que les livres existent aussi maintenant sur support numérique avec quelques petits plus très intéressant mais ce n’est pas le sujet de cet article

[2Je dois reconnaître que cette fable qualité est assez souvent présente mais... il faut bien commencer un jour !

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières brèves
28 novembre D’une pierre deux coups

Je cherchais comment fusionner deux sites. Grâce à spip.rezo, j’ai trouvé le plugin fusion (https://contrib.spip.net/Fusion-de-SPIP). Si j’ai bien (...)

27 novembre Retard...

Ouah... j’ai pris du retard. Au boulot pour rattraper ma négligence. Depuis quand abandonnerait-on un défi ? Ben oui, j’ai décidé de publier une (...)

10 novembre Site en panne...

Peut-être est-ce passé inaperçu auprès de quelques-uns mais le site Internet n’était pas accessible vendredi matin. Nous n’y étions pour rien. Il (...)

Généalogie MaLiBeLe
Site servant aussi de test à la mise en œuvre de certaines fonctionnalités (donc expérimental).