Lorand
Un petit site personnel tout simple pour essayer, partager et échanger.
La citation du jour
Le bénévole est un drôle de type puisque son altruisme n'a aucune raison, aucun motif, aucune motivation si ce n'est intellectuelle.
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

http://www.lorand.org

Accueil > Généalogie MaLiBeLe > Challenge AZ > ChallengeAZ-2014 : 2ème participation > F comme Franchement à quoi ça sert, la généalogie ?

F comme Franchement à quoi ça sert, la généalogie ?

Mots clés : généalogie, #challengeAZ

samedi 7 juin 2014, par Roland


C’est une question qui m’est fréquemment posée… et il m’arrive assez souvent de me la poser. J’ai toujours beaucoup de mal à y répondre. Peut-être qu’écrire une réponse éventuelle me permetrait d’y voir plus clair ? Pourquoi alors ne pas la publier sur mon blog ? Après tout, cela ne ferait qu’un article insignifiant de plus sur ce sujet…

Et oui, je pensais à priori que beaucoup de ceux qui publient leur généalogie sur la toile Internet ou tiennent un blog de généalogie se poser cette question si peu philosophique. Je me trompais et je ‘en veux pour preuve que le fait que je n’ai trouvé que 3 articles avec ce titre sur le web :

- la généalogie, à quoi ça sert ? l’USPP : une grande famille (article publié en 2011 par Christian Bayart => la page n’existe plus)

- La généalogie… à quoi ça sert ? (article publié par Dominique Fournier)

- Aquoi sert la généalogie ? (un échange daté de 2000 sur un forum dans lequel s’exprime plusieurs interlocuteurs sous divers pseudos)

Tout le monde semble quand même s’accorder qu’il ne s’agit pas simplement de “retrouver ses ancêtres”, de “savoir d’où on vient”, de “se construire ou reconstruire” ou encore de “parvenir à s’accepter” même si ces arguments font partie de l’ensemble des motivations. C’est plus que ça et c’est autre chose de plutôt indéfinissable et qui est sans doute propre à chaque généalogiste. Souvent, lorsque je fatigue à feuilleter des registres, lorsque le désintérêt semble poindre, je m’arrête quelques temps pour décompresser un peu me dis-je. Mais c’est l’envie de poursuivre ma quête à travers de vraies enquêtes quasi policières, d’en savoir davantage sur la vie, les vies, autrefois qui me relancent et me remet à mon clavier et à mes écrans, à m’arracher les yeux à déchiffrer des actes manuscrits et maculés.

Certains appellent ça la passion, d’autres vont jusqu’à penser que ce serait déjà de l’addiction. Je crois plus prosaïquement que c’est notre passé personnel ajouté au passé de nos aïeux   qui nous donnent envie de feuilleter les pages du roman de la vie de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui ont construit notre société. La simple curiosité en quelque sorte. J’espère seulement que cette dernière n’est pas maladive…