Lorand
Apprendre, comprendre et transmettre pour exister. (Descartes)
La citation du jour
Il est étonnant de constater que le chagrin d'une mère qui a perdu un de ses fils s'atténue quand un autre est atteint par la mladie.
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

https://www.lorand.org

Accueil > Archives > 2014 > Seconde guerre mondiale : Broche et la résistance

Seconde guerre mondiale : Broche et la résistance

Mots clés : Broche, généalogie, Histoire et histoire

mercredi 22 janvier 2014, par Roland


Broche, un petit hameau, qui, à l’échelle de sa taille à pris sa part dans la résistance pendant la seconde guerre mondiale.

Quelques informations glanées ici et là qui semblent sans importance mais qui, une fois regroupées donne un peu de sens :

  • Une tante de mon père, Marie Eugénie Batut (née Falbet) affirmait, paraît-il, que Malraux avait habité pendant la seconde guerre mondiale la maison de mes parents à Broche en tant que résistant. Elle a habité Broche durant de longues années dans la maison dont j’ai hérité, avant d’aller terminer ses jours à Jouan-lou-Pastre où elle est décédée en 1957. J’avais quatre ans.
  • Ma grand-mère Aurélie Bouat, affirmait que c’était vrai mais que ce n’était pas celui qu’on voyait dans les journaux. Elle est décédée en 1975 à l’âge de 83 ans. C’est elle qui a choisi mon prénom : Roland.
  • Elle m’a aussi raconté que mon grand-père Isaïe, son mari, avait fait des choses pendant la guerre comme conduire la charrette tirée par des bœufs pendant la nuit. L’enfant que j’étais trouvait ça bizarre et, je dois reconnaître, que j’ai failli complètement effacé ce souvenir de ma mémoire. Il m’a fallu lire un récit d’un parachutage à Loubressac, à la Maresque, pour que je finisse par me remémorer cette vague histoire.
  • Mon grand-père ne parlait jamais de cette guerre, et mon père guère plus. Pourtant il avait été raflé et soumis au STO en Allemagne. Ce sont les mots allemands qu’il comprenait un peu qui nous en ont dit le plus.
  • Ni mon père, ni ma grand-mère ne m’ont dit que mon grand-père avait été blessé pendant la guerre et qu’il en gardait un bras "quelque peu raide".
  • Enfant, avec mon frère Alain, nous avons trouvé des balles avec un ergot sur le côté. Mon père les a fait disparaître très vite.
  • Il y a quelques années, en nettoyant, j’ai trouvé un étui à révolver.
  • Et puis, un jour, ma mère (ou ma grand-mère) m’a dit que c’était les résistants qui avaient abîmés le mur réparé de la maison et que parmi eux, il y avait Roland Malraux.
  • Mais le résistant lotois connu sous le nom de Malraux, c’était André Malraux.
  • Et puis, je ’intéresse à la généalogie familiale et aux petites histoires qu’ont vécu me ancêtres.
  • André Malraux n’est devenu résistant qu’au cours de l’année 1944 après l’arrestation de ses deux demi-frères Claude et Roland. Tiens, il existait donc bien un Roland Malraux ! André sera arrêté en juillet à Gramat par la 11ème Panzer Division et non par la division das Reich comme il l’a affirmé. La division das Reich, de sinistre mémoire, est bien passée tout près de Gramat, à Gabaudet où elle a fait l’un de ses massacres en remontant vers le nord et vers Tulle puis Oradour-sur-Glane. Elle est donc passée à quelques kilomètres de Broche.
  • Roland Malraux, résistant, est arrêté à Brive-la-Gillarde, le 21 mars 1944 avec Harry Peulevé et déporté au camp de concentration de Neuengamme (Allemagne) avec le matricule 39498. Il mourra le 3 mai 1945 sous un bombardement de la RAF. le 13 mars 1948, André épousera Madeleine, la veuve de Roland.
  • le 7 ou le 8 janvier 1944, Harry Peulevé, en compagnie de Malraux, accueille à Broche (mais j’ai aussi lu que c’était à Magnagues) George Hiller et Cyril Watney du réseau Footman. Mais quel Malraux ? Si j’en crois mes notes, il y a de fortes chances pour que ce soit Roland plutôt qu’André.

André Malraux a été souvent à la limite de la légalité avant la seconde guerre mondiale et il sera même condamné. Je le soupçonne de s’être approprié l’histoire de son demi-frère pour construire un peu sa légende. Je ne suis pas historien et j’aimerais en savoir un peu plus là-dessus.

Dernières brèves
10 novembre Site en panne...

Peut-être est-ce passé inaperçu auprès de quelques-uns mais le site Internet n’était pas accessible vendredi matin. Nous n’y étions pour rien. Il (...)

21 septembre Nouveau SPIP mais table vide

L’impossibilité de joindre des documents aux articles vient du fait que la table-dictionnaire des extensions de fichiers téléchargeables est vide. (...)

19 septembre Spip : impossible de joindre un document

Suite à un scratch irrécupérable d’un des sites que je gère sous Spip, j’ai réinstallé proprement Spip après avoir tout effacé. Mais voilà, il était (...)

Archives