Lorand
Un petit site personnel tout simple pour essayer, partager et échanger.
La citation du jour
La prison affirme être une privation de liberté mais elle confisque la dignité en oubliant trop souvent de la rendre.
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

https://www.lorand.org

Accueil > Archives > 2005 > Blog abandonné...!

Blog abandonné...!

Mots clés : Ecriture

jeudi 31 mars 2005, par Roland


J’ai tenté un blog sur une plateforme. Et je l’ai abandonné (et supprimé). Voici ce qu’il contenait.


 1. Premier message (création du blog).

2004-11-28

Bonjour (ou bonsoir) et bienvenue sur le weblog lorand

Cet espace est, pour l’instant, un espace d’expérimentation face qux nombreuses demandes que je reçois.

Mais je ferai comme tout le monde : je m’y exprimerai aussi !


 2. Suis-je cultivé ou inculte ?

2004-11-28

Nombreux sont ceux qui se sont posé la question un jour ou l’autre. Je n’échappe pas à la règle commune.

Pourquoi ai-je donc tant l’impression que je n’existe pas aux yeux des autres ?

Pourtant, je sais faire : j’ai quelques compétences même si elles sont plutôt restreintes. J’ai aussi quelques connaissances. Je fais sans doute partie des "intellos", de ces personnes qu’on dit quelque peu cultivées. Tout au moins m’y classe-t-on ?

Mais qu’est-ce qu’un intello ? Qu’est-ce que la culture ?

Un ouvrier capable de régler une machine outil ne serait donc pas un intello ? Pourtant, il possède toutes les techniques de raisonnement, de recherches, de démarches, de connaissances. Il est nécessairement compétent.

Un paysan ne serait pas cultivé ? En dehors du jeu de mots (ce n’est pas lui qui est cultivé mais son champ...!), il reste qu’il possède un ensemble d’éléments qui le fait apparaître comme propriétaire de tout ce qui fait la culture, sa culture. Mais celle-ci ne se situe pas suffisamment dans ce que les autres ont produits.


 3. Moi

2004-11-28

Il faut bien se présenter...

Ben moi, c’est moi. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je ne vais tout de même pas vous dire que je suis marié et que j’ai deux superbes filles ? Ca ne regarde que moi, non ?

Je ne vais pas vous dire que je suis instit ? c’est seulement mon boulot.

Je ne vais pas vous dire que je suis un cyclotouriste pratiquant : il y en aurait bien un pour croire que je suis membre d’une secte.

Quoique...

Je ne vais pas vous dire que j’ai quelques connaissances dans les "technologies de la communication et de l’informatique" (comme ils disent) ? Sinon, qu’est-ce que je foutrais ici...

Je ne vais pas vous dire que je n’ai pas trop le moral ? Sinon, je ne serai pas ici en train de déballer mes états d’âme et mon pessimisme.

Alors, je suis moi, tout simplement.


 4. Rapport, rapport, encore un rapport...!

2004-11-28

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà rendu compte, mais l’administration est très friande de rapports. Il faut toujours qu’elle sollicite un rapport. Rapport écrit bien sûr. Et pour tout de suite quand ça n’est pas pour hier...

Ben voilà, aujourd’hui, c’est mon tour. Je dois faire un rapport. Ça ne devrait pas trop m’inquiéter puisque cette demande est plutôt fréquente. Mais, je suis plutôt en bas d’une très longue hiérarchie et, en général, c’est ceux qui sont tout juste au-dessus, le premier surtout. Je devrais d’ailleurs dire les deux premiers mais ils sont au même niveau (j’ai deux fonctions distinctes, un mi-temps de travail pour chacune).

Donc, ce fichu rapport m’a été demandé par la secrétaire d’un de mes deux supérieurs. Elle m’a transmis par fax les textes officiels de demande. Je m’attendais donc à des délais très courts une fois de plus. Hé bien non ! Le délai est plutôt presque correct : trois semaines. Un exploit pour l’administration. Sauf que, les deux textes sont signés des supérieurs les plus hauts. Oui, ceux dont je ne connaissais pas le nom.

Aïe, aïe, aïe, va falloir que je bosse. Mes vieilles méninges vont fatiguer. Alors, je dois me reposer.


 5. Envie d’être nul

A-t-on le droit d’être nul ? de ne pas savoir ? d’ignorer ?

C’est une question que chacun d’entre nous s’est un jour posée... N’est-ce pas ? Mais le motif n’est pas toujours le même !

Ce peut être parce qu’on a été traité de nul et, sans argumentation suffisante, on finit par y croire soi-même !

Ce peut-être parce qu’on estime avoir échoué. Cette appréciation personnelle, nécessairement subjective, est toujours créée par un sentiment, jamais par des évènements objectivement perçus. On a beau le savoir, il reste que ... "je suis nul !"

Ce peut-être parce qu’on est nul. Alors là, c’est une victoire puisqu’on se connaît enfin un peu mieux. Dans ce cas, être nul, c’est être l’heureux gagnant d’un bénéfice intérieur personnel... Si ! On est donc moins nul...

Ce peut-être parce qu’on n’a rien compris... Quelle idée aussi d’aller se mêler de domaines non maîtrisés voire inconnus ! Forcément qu’on est nul ! Je suis nul en foot (hérésie...). C’est comme ça. Point. Et je n’ai pas du tout envie de changer.

Ce peut-être parce que les conséquences attendues ne sont pas là. Il faut alors se poser la question de savoir si, plutôt que s’estimer nul, il ne vaudrait pas mieux positiver et tenter d’analyser le plus objectivement possible les raisons de ces conséquences inattendues. L’hypothèse de départ n’était peut-être pas bonne. La démarche non adaptée. Le public mal évalué ou mal défini. Que sais-je...?

Ce peut-être parce que c’est le seul moyen de résoudre des situations difficiles pour quelqu’un (ou quelques-uns). Il paraît que ça s’appelle de la politique. On n’est pas si nul que ça : on n’y connaît tout simplement rien en politique...

Ce peut-être simplement parce qu’on est fatigué ou que l’action s’achève et qu’on décompresse...

Tout ça pour vous dire que je suis nul. Euh, que je me sens nul !

En fait, je n’ai pas été très efficace mais c’est seulement moi qui le pense parce que les conséquences ne sont pas celles que j’attendais.

Et puis, je suis fatigué : les semaines de 70h00 finissent toujours par peser, n’est-ce pas ?

Et puis encore, je décompresse : des pressions psychologiques et/ou sociales disparaissent, le stress lié à certaines situations s’envole et un évènement vient de s’achever.

Tout compte fait, je ne suis pas si nul que ça. Et puis, nul ou pas, ça ne changera rien à mon devenir. Alors...


 6. Après une AG bien ordinaire

2004-11-28

Je suis (j’étais) président d’un club de cyclos-touristes. Je viens de me faire jeter avec toute mon équipe. Je devrais être triste... eh, non ! Je suis même heureux.

En effet, je considère les cyclistes (je ne peux me résoudre à les appeler des cylos-touriste) qui m’ont viré comme des incompétents en tant que dirigeants d’association. Mais je suis bien incapable de le prouver. Alors, autant leur laisser faire leurs preuves. J’espère même que je me trompe...

Bon d’accord, je manque de rancune. Mais, toutes les associations manquent de bénévoles. Alors, pour une fois où il y en a trop...! Laissons les autres faire que ce soit bien ou mal. Si c’est bien, tant mieux. Si c’est mal, on essaiera de récupérer les morceaux pour reconstituer le puzzle.

Je vais faire autre chose. Un peu plus de vélo par exemple. Et puis, proposer des activités jeunes. Ça manque par ici. Au fait, la moyenne d’âge du club est de 60 ans. Mais ce n’est pas du tout mon âge. Ceci explique peut-être cela... Va savoir ?

 7. Sentence

2004-11-28

Le doute est ma seule certitude.


 8. CE

2004-11-28

CE, c’est un sigle très professionnel. Ce soir, je dirigeais un CE mais ce n’est pas un comité d’entreprise.

Ca fait partie de mon boulot, c’est obligatoire et ça ne sert à rien. Le CE n’a aucun pouvoir, aucune responsabilité, aucune obligation. Si. Ah, tout de même : il a doit de voter le règlement intérieur. Pour tout le reste il n’est qu’émetteur d’avis. Son avis est obligatoire mais ne me contraint en rien à le suivre. Alors, à quoi cela peut-il bien servir ?

Ca fait démocratique. Ca me donne du boulot. Surtout que je n’ai même pas de secrétaire. Faut dire que je n’ai pas de pouvoir sur les collègues que je dirige. Oui, mais, je suis responsable ! De plus, le nom de mon boulot fait que tous les partenaires croient que je dirige, que je dois diriger. Ils se trompent. Je n’ai même pas d’avantage financier conséquent : 300 € de plus que la collègue la plus proche tant dur la grille des salaires que dans le niveau d’ancienneté. Et encore, officiellement, j’ai davantage de compétences reconnues, authentifiées, validées.

Pourtant l’équipe comprend 17 personnes auxquelles il faut ajouter tout le personnel de service et de restauration. Et je ne parle pas des 250 élèves...

Et oui, je suis enseignant. Directeur d’école exactement. Et le CE, c’est le Conseil d’Ecole.


 9. Sciences 41

2004-11-28

L’animation des sciences dans les écoles du département font partie maintenant de mes tâches. Il m’a été attribué une "demie-décharge" pour cette activité. Cela veut dire que je suis remplacé la moitié du temps dans ma classe afin d’assurer cette tâche.

Les domaines scientifiques m’ont toujours passionnés. Tout particulièrement les sciences de la vie. Mais, pendant longtemps, la priorité n’était pas vers ces sciences mais plutôt vers les TICE (Technologies de l’Information et de la Communication à l’Ecole). Comme j’ai toujours perçu l’utilité d’un tel outil, je me suis naturellement retrouvé formateur d’enseignants en ce domaine. Voilà que maintenant, je n’arrive pas à faire décoller l’image du super-technicien dont on m’a affublé parce que j’avais pris quelques longueurs d’avance !

La mode actuelle est, chacun peut le percevoir, aux technologies dites "nouvelles". Peu de classes pratiquent les sciences pour une éducation à la Science. On commence seulement à parler de la nécessité d’une culture scientifique. la technologie garde néanmoins la suprématie sans doute parce qu’elle rapide à mettre en œuvre et peut devenir facilement spectaculaire. La biologie n’est pratiquée en classe que sous forme très traditionnelle : cours magistraux dans le pire des cas, "leçons de chose" des années 50, pratique de l’éveil scientifique des années 70. Quelques enseignants se sont lancés dans une pratique style "Main à la pâte" tant vantée par le prix Nobel Georges Charpak.

Mais voilà, qu’en juillet 2004, re-débarque l’éducation à l’environnement baptisée aujourd’hui éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD). Il faut bien faire moderne. Alors qu’il ne s’agit que de rattraper un retard !

On va sûrement en reparler...


 10. Pédaler pour pédaler ?

2004-11-28

Vous en connaissez beaucoup vous, des individus qui utilisent leur voiture pour simplement faire un tour en voiture ? Bon, oui, je sais, ça existe. On l’appelle un collectionneur, un fan, un fou quoi... simplement un passionné.

Mais ils ne sont pas nombreux, convenez-en. La plupart des utilisateurs se contentent simplement de cet outil qui peut les emmener sans effort, eux et leurs autres outils, eux et ceux qu’ils aiment, eux et ceux (ou ce) qu’ils doivent transporter. C’est la même chose avec le vélo.

Il existe des utilisateurs passionnés, cinglés de leur machine et de son équipement. Tellement fous qu’ils ne s’en servent quasiment jamais au risque de l’abîmer, voire de l’user. Alors, ils les collectionnent. Pour ne pas les user ! Encore heureux que, parfois, ils daignent les montrer !

Mais la plupart des possesseurs d’un vélo ne s’en servent que pour aller ailleurs. Le vélo, ça passe partout, un vrai passe-partout ! Ca se gare facilement. On a le temps de voir, de regarder, d’entendre. On peut sentir le vent qui calme ou le vent qui gerce, les odeurs des roses ou les effluves nauséabonds des pots d’échappement, l’attaque sournoise du froid et du gel, la pluie qui ruisselle et s’invite sous tous les vêtements mais aussi la fraîcheur d’une brise d’été parfumée de l’odeur de la lavande ou de l’herbe fraîchement coupée, les gouttes qui ruissellent sur la peau comme une cascade de perles, la chaleur du soleil quand perce le jour dans les brumes matinales.

Le vélo ça peut servir à aller au boulot ou à en revenir. Le vélo ça peut aussi permettre de rouler ensemble au gré des petites routes à la découverte des paysages et des gens. Le vélo c’est un engin de solitude pour rencontrer les autres.

Bon, d’accord, il existe aussi les "qui font du sport avec". Et alors, ils ont le droit, non ? Certains préfèrent des gants de boxe, d’autres préfèrent courir ou marcher, encore d’autres préfèrent bêtement pousser une balle de l’autre côté pour que les autres puissent la ramener.

Il faut bien de tout pour faire un monde. Mon monde à moi, c’est celui du vélo, de tous les vélos. Même si je ne m’en sers que pour faire du tourisme et des longues distances. Je ne pratiquerai jamais le cyclisme dit sportif. Je n’utiliserai sans doute jamais mon vélo pour aller au boulot. Mais je me battrai pour que tous et toutes puissent faire leur vélo.

Alors vous n’avez pas fini de me lire, de découvrir mes coups de gueule et surtout mes contradictions.


 11. Un fonctionnaire, ce mal aimé.

2004-11-28

Et dire qu’un fonctionnaire ne fout rien ! C’est tout au moins la croyance populaire. Et c’est même peut-être quelquefois vrai...!

Et pourtant, je passe du temps à bosser. Je ne dois pas être efficace sans doute... On ne peut pas dire qu’un fonctionnaire est rentable puisque par définition, il ne l’est pas quand on prend ce mot (rentabilité) dans son sens premier : montant du rapport supérieur (le plus possible) au coût.

Mon boulot n’est donc pas rentable. Quel que soit le temps que j’y passe... Je ne rapporte rien, absolument rien en terme purement comptable. Bien sûr, le développement des cerveaux de nos chères (mot adéquat) têtes blondes ne possède aucun instrument de mesure ou d’estimation d’une quelconque rentabilité. Encore heureux. Tiens là, on semble tous d’accord...

Je ne sers donc à rien mais je travaille près de 70 heures par semaine sans horaire (si, si, ça existe encore de tels individus : on les appelle des fonctionnaires !). Et je ne suis pas le seul. C’est d’ailleurs ce qui me tient encore dans ce boulot. Comme je n’en ai plus que pour un petit nombre d’années, je vais tenter de supporter.

Tiens, je n’aurai pas cru : dire s’est aussi se faire plaisir après avoir contrôlé ses propos toute la journée (de 7h00 ce matin à 18h30 avec une demie-heure d’arrêt).


 21. Il arrive...!

2004-12-08

Ca y est, il arrive !

- Qui ?

- Personne.

Ce n’est qu’une chose (si on peut appeler ça une chose...!) : le (soi-disant mais ce qualificatif n’a rien de péjoratif ici) logiciel national de gestion des élèves. En fait, il s’agit d’un accès Internet à la base nationale des élèves.

Il devrait s’appeler "Base élèves".

- Ca paraît séduisant dans un premier abord. Pourquoi m’étonnai-je alors ?

- Parce que c’est le fichage systématique des élèves. Ces derniers auront un n° (l’INE) qui les suivra durant toute leur scolarité. Fichés dès la naissance, c’était sûrement déjà fait. Numérotés dès l’école maternelle !

- Et puis, il faut environ 10 minutes par fiche d’élève. Donc j’aurai besoin de 2500 min, soit plus de 46h de boulot réel ! Et il faut que le boulot habituel continue. Il faudra donc, entre autre, continuer à gérer le fichier actuel (au moins jusqu’à la fin de l’année). Ce sont donc des heures de boulot en plus, en totalité mais sans moyens supplémentaires, sans indemnités, sans ressources humaines (si ce n’est de la formation personnelle prise sur le temps de boulot qu’il faudra quand même faire...

- Je vois d’ici la réaction de certains syndicalistes et donc de certains syndicats...

Ca va être "du sport" !


 22. En attente...

2004-12-09

Quelque part. Un certain jour.

Il y a celle qui est avachie sur son fauteuil, le menton dans sa main et qui donne l’air de bouder. Pourquoi est-elle fâchée ou vexée ?

Il y a celle qui attend on ne sait quoi, debout, le dos appuyé au mur et qui a aussi l’air de s’ennuyer plus que sérieusement. Qui lui a posé un lapin ?

Il y a celui qui est très sérieusement assis, les mains sagement alignées sur ces genoux, le col de son imper relevé, son chapeau en feutre mou rabattu sur ces yeux afin, sans doute de dormir. Pourquoi passe-t-il ses nuits à faire la fête ?

Il y a celle qui lit, le dos aussi droit qu’un manche à balai appuyé au mur d’un couloir, mais qui passe le plus clair de son temps à relever la tête pour regarder les gens qui passent, déambulent ou attendent. Depuis combien de temps lit-elle le même livre tous les soirs, ici ?

Il y a celui qui attend on ne sait trop quoi avant de sortir fumer, la cigarette déjà entre les lèvres, la boîte d’allumettes dans la main et l’allumette entre les doigts. Pourquoi n’arrête-t-il pas une bonne fois pour toute au lieu de résister si difficilement ?

Il y a celui qui fait les cent pas devant le distributeur de boissons, qui "roulerait presque des mécaniques" mais qui est, plutôt, "à l’aise dans ses baskets" et "mal dans sa tête". Pourquoi n’accepte-t-il pas la vie comme elle vient avec ses hauts et ses bas et ses avatars ?

Et puis, il y a aussi moi qui écris sur mon calepin ces notes insipides et sans but et qui doit avoir l’oeil trop scrutateur quand je regarde mes voisins. Pourquoi ce besoin soudain d’écrire et de décrire ?

Nous ne sommes que dans la salle d’attente d’un quai de gare. Nous sommes des gens ordinaires, des gens qui rentrent du boulot. Banalement. Pourquoi comme d’habitude ?


 23. Ras le bol ?

2005-01-12

Il est des jours où on regrette quelque peu de faire son boulot...

Je passe de 10h à 12h par jour environ au boulot (j’arrive à 7h00 le matin et j’en repars le soir rarement avant 18h30 !) et aujourd’hui, je m’entends dire que, moi qui ai le temps, je pourrai faire ceci ou cela.

Quand on se contente de regarder son intérêt personnel, on a vite fait de penser que les autres ne font rien parce que leur travail n’est pas tout à fait le même.

"Quand on a des élèves on a beaucoup de boulot." Donc quand on n’a pas d’élèves on n’a rien à faire !

C’est bien connu, un directeur déchargé n’a plus de travail. Il se tourne les pouces derrière son bureau.

Il est des jours où on en a un peu marre ...

 Terro moïralo

2005-01-15

"La terre de mon enfance, celle où j’ai vécu, appris à vivre, grandi et que j’aime toujours" (intraduisible de l’occitan -le titre en est une écriture phonétique- au français en conservant tout le sens sans longue périphrase)

J’y ai acquis un terrain : c’est comme un lien indélébile, ineffaçable, inaltérable, permanent. J’y ai installé deux mobil-home pour pouvoir y séjourner à l’occasion. C’est toujours le village de ma mère.

 blog silencieux

2005-02-26

Ca ne se fait pas de maintenir son blog silencieux si longtemps... Inadmissible ;-)

Les congés, la fatigue, la lassitude, le ras le bol, la déprime, le manque de temps, l’absence de réaction, la disparition de la motivation, ... tout un tas d’excuses qui n’en sont sûrement pas.

Tant pis.

Mais me revoilà. Les congés sont finies, le manque de temps toujours présent, les réactions blogeuses toujours aux abonnés absents, la fatigue qui repointe le bout du museau (oui, je sais, c’est peut-être la vieillesse... Quoi ? déjà !), et le reste toujours en latence (tiens, ça existe ce mot ?).

Ce ne sont pas les idées qui manquent mais seulement le temps pour les mettre en oeuvre. Allez promis, j’arrête quelques activités...

- Oui, mais lesquelles ?
- Le blog par exemple ?
- Pourquoi pas...
- ...
- on verra...

 Ne plus être responsable

C’est génial !

Si.

Etre responsable d’une association, c’est d’abord être bénévole. On fait donc, en théorie, ce que l’on aime faire.

Oui mais voilà, il y a la conscience. On ne peut pas l’appeler professionnelle. Serait-ce une conscience associative ? Non, je ne crois pas. Il s’agit plutôt de ne pas décevoir ce qui vous ont choisi (ou accepté souvent ou très sollicité presque toujours) : c’est donc une conscience personnelle.

Alors, on en fait beaucoup, trop même. Et on finit par créer des jaloux, des envieux, des tensions, des conflits, ... tout ce qu’on s’efforçait en fait d’éviter. Raté. Et oui, on rate sa cible en voulant bien faire...

Et on ne s’en aperçoit que trop tard. Alors il faut faire avec. Là aussi, c’est difficile. Quoique ce soit plus facile : il suffit bien souvent de se taire ... et d’encaisser quelques coups bas (pas toujours aussi faciles qu’il n’y paraît surtout que ceux qui les donnent n’ont même pas l’impression de les distribuer !)

Mais on obtient un peu de temps libre pour soi. Et si le petit monde qui nous entoure ne fonctionne pas comme on le souhaiterait, il continue de tourner cahin caha. Il peut brinquebaler. Quelquefois, il s’arrête même (pourvu que ce ne soit un arrêt définitif...). Mais il fait un nouveau petit bonhomme de chemin. Peut-être n’est-il pas plus mauvais que celui sur lequel on l’emmenait après tout.

Il suffit d’attende, de patienter, une association c’est un petit groupe qui a une vie propre avec ses réussites, ses échecs, ses difficultés, ses solutions, ses évolutions. Il existe parce qu’il est né un jour et il vit parce qu’il mourra un jour (définition de la vie : ’’espace de temps qui sépare la naissance de la mort’’). La vie n’existe que parce qu’il y a un début et une fin.

Mais là voilà la réponse ! Faire preuve de philosophie .

 Carennac

2005-02-26

Le village principal de la commune dans laquelle je suis né. Un des plus beaux villages de France. Et ce n’est pas moi qui le dis !

On y a tourné le téléfilm "’’la rivière espérance’’" il y a quelques temps.

 Heureusement que je me suis tu...!

2005-04-03

... sinon, qu’aurait-il donc pu m’arriver encore ?

J’ai été sollicité par un journaliste pour parler de mon blog. Ce professionnel souhaitait faire un article spécifique. Le hasard fait que cela ne se réalisera pas. Du moins pour l’instant. Tant mieux. Certains écrits ont fait surgir des réactions inattendues et surprenantes. La motivation de certains est bien secrète pour moi. C’est comme si l’on me prêtait des intentions bien plus carriéristes et bien plus ambitieuses que celles qui sont les miennes. Je me demande même si, professionnellement du moins, j’ai encore quelque ambition que ce soit en dehors de continuer à oeuvrer dans l’intérêt des élèves dont j’ai ou j’aurai la charge pendant quelques années encore.

Au vu de ces réactions récentes à propos de mes écrits sur mon blog, propos que je pensais bien anodins, j’ai d’abord procédé à quelques modifications demandées dans les formulations pas toujours bien comprises (oui, je sais, je ne suis pas écrivain...). Et puis, plutôt que de créer de nouvelles réactions, j’ai décidé de supprimer toute la rubrique concernée. Je pensais que cette solution, radicale j’en conviens, effacerait la plupart des difficultés soulevées. De plus, je ne me crois pas capable de gérer un conflit dans lequel je suis autant impliqué sans en "connaître ni les tenants ni les aboutissants", sans en posséder les clés de décryptage, sans en maîtriser la moindre parcelle.

Aujourd’hui, je suis moins sûr d’avoir "stoppé la blessure" bine que je ne sâche pas vraiment, à cette heure, ce qui motive les suites en cours. J’ai eu envie d’écrire : "’’on verra bien.’’" comme si j’étais capable de me détacher de ces contingences de la vie. Il faut bien reconnaître que le grand inquiet que je suis subit bien davantage l’angoisse qu’il ne la gère. Ce n’est tout de même pas seulement parce que seuls ceux qui ne font rien ne sont jamais critiqué que je n’écrirai (ne ferai) plus rien. Je continuerai donc à être étreint par une certaine angoisse durant les quelques années de travail que j’ai encore à effectuer comme je le serai aussi sans doute lorsque j’aurai à subir des éléments douloureux qui jalonnent les étapes de la vie de chacun.

Et puis un blog personnel, c’est bien le journal d’un individu dans lequel l’auteur présente ses états d’âme ? Non ? Il paraît que c’est un moyen de gérer son stress, de le décharger, de l’assumer. Je ne sais si c’est vrai dans mon cas, mais il m’apprend à faire attention à la formulation de ce que j’écris afin qu’on n’aille pas plus loin que ma pensée. Il m’aide à accepter les situations difficiles et à ordonner mes idées afin de limiter les effets de mes maladresses. Il me permet d’extérioriser, sans être bloqué par la timidité, certains sentiments, certaines interrogations, quelques inquiétudes.

Vous pourrez donc me lire encore...

Dernières brèves
28 juillet Les petits enfants sont partis.

Les parents les ont récupérés et sont partis sur les routes de la métropole, vacances obligent. Ils occupaient une grande place dans notre vie depuis (...)

21 juin Et si je m’organisais un peu...

Lundi = lecture, mercredi = photo, vendredi = brique... Vu mon indiscipline et mon allergie à l’organisation, c’est intenable ! Mais, sait-on (...)

12 juin Spip 3.1.6

Installation faite sur chacun des sites dont j’ai la charge : lorand.org, nouan-rando.org, codep41-ffct.org, FFCT-Centre-Val de (...)

Archives