Lorand
Apprendre, comprendre et transmettre pour exister. (Descartes)
La citation du jour
Il est plus facile d’identifier un imbécile que de repérer un surdoué. Et les deux ne sont même pas incompatibles !
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

https://www.lorand.org

Accueil > Archives > 2007 > À vélo, pourquoi est-ce plus dur de pédaler avec le gros plateau et le petit (...)

À vélo, pourquoi est-ce plus dur de pédaler avec le gros plateau et le petit pignon ?

Mots clés : Techno-vélo

lundi 8 janvier 2007, par Roland


À quoi servent les diverses combinaisons de plateaux et de pignons sur un vélo ?

Pour comprendre comment le changement de rapport permet de modifier la vitesse, supposons que le plateau choisi a 40 dents et le pignon, 20 dents. Chaque fois que le cycliste pédale un tour : le plateau fait aussi un tour (puisqu’il est solidaire du pédalier) ; le pignon fait deux tours (puisqu’il est relié au plateau via la chaîne et qu’il a 20 dents : 20 dents x 2 = 40 dents) ; la roue arrière fait aussi deux tours (puisqu’elle est solidaire du pignon). Cette roue étant la roue motrice, à chaque tour de pédalier, le vélo parcourt une distance égale à deux fois la circonférence de la roue arrière. Si vous choisissez un pignon de 10 dents plutôt que 20, la roue arrière parcourra alors quatre circonférences chaque fois que vous ferez un tour de pédalier (10 dents x 4 = 40 dents). Ainsi, à cadence égale, votre vitesse aura doublé. Cependant, ce que l’on gagne en distance parcourue, il faut le payer en force motrice ! À chaque tour de pédale, comme il faut faire tourner le pignon et la roue arrière quatre fois plutôt que deux, cela nécessite évidemment plus d’effort. Lorsqu’il est important d’avoir une grande force motrice plutôt qu’une grande vitesse, il faut combiner un petit plateau à un grand pignon. Dans ces conditions, chaque tour du petit plateau équivaut à une fraction d’un tour de grand pignon. Bref, beaucoup moins d’effort pour le cycliste !


Voir en ligne : L’article original sur Cybersciences

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dernières brèves
28 novembre D’une pierre deux coups

Je cherchais comment fusionner deux sites. Grâce à spip.rezo, j’ai trouvé le plugin fusion (https://contrib.spip.net/Fusion-de-SPIP). Si j’ai bien (...)

27 novembre Retard...

Ouah... j’ai pris du retard. Au boulot pour rattraper ma négligence. Depuis quand abandonnerait-on un défi ? Ben oui, j’ai décidé de publier une (...)

10 novembre Site en panne...

Peut-être est-ce passé inaperçu auprès de quelques-uns mais le site Internet n’était pas accessible vendredi matin. Nous n’y étions pour rien. Il (...)

Archives
Site servant aussi de test à la mise en œuvre de certaines fonctionnalités (donc expérimental).