Généalogie des MaLiBeLe
Les ancêtres ont fait ce que nous sommes. Mieux les connaître, c'est donc mieux nous connaître.
La citation du jour
Ceux qui savent ne disent pas et ceux qui disent ne savent pas.  (Michelle Schatzman )
La réflexion du jour
La richesse du coeur n'a pas d'unité de mesure. Heureusement pour ceux qui en sont si pauvres.
Activités
bénévole - geek - cycliste (cyclotouriste) - généalogiste - photographe - collectionneur - écrivain - enseignant - autres (divers)
Les mots clés
dispo129 * dispo150 * dispo226 * dispo333 * dispo334 * dispo414
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Elle s’appelait aussi Espérance

Mots clés : généalogiste , ancêtre

mercredi 10 février 2021 , par Roland


C’est sans doute la première fois que j’écris une histoire d’amour mais associer la généalogie et la Saint-Valentin pouvait être un défi à relever...

Elle s’appelait Louise et elle est née en 1821 à Champrond dans l’Eure-et-Loir. Elle était le sixième enfant dans une fratrie de huit (au moins). Elle n’avait que 13 ans quand sa mère est morte à Chartres. Son deuxième prénom était Espérance.

En 1839, elle habite Paris dans le onzième arrondissement et elle est couturière. C’est là qu’elle a son premier enfant, Jules, de père inconnu. Elle n’a que 18 ans. Son fils sera élevé en Loir-et-Cher, sans doute placé dans une famille.

La légende familiale rapporte que le père était un guadeloupéen noir. Sa petite fille, Marie Anne que tout le monde appelait Adèle avait la peau vraiment très foncée, beaucoup plus que les peaux tannées des paysans de l’époque. La légende aurait-elle une part de vérité ?

Peut-être qu’elle a simplement rencontré un de ces jeunes esclaves noirs qui avaient été amenés en France pour y être "éduqué" selon les "bons préceptes". Peut-être qu’ils se sont beaucoup aimés. Peut-être qu’avec la fin de l’esclavage, il a pu repartir chez lui aux Antilles. Peut-être qu’il ne savait pas que Louise attendait un enfant. Peut-être que, s’il avait su, il serait resté. Peut-être que la vie de Louise, de Jules, de Marie Anne, de ce père inconnu (et probablement de bien d’autres) aurait été complètement différente. Peut-être qu’elle a beaucoup pleuré.

Elle finira par se consoler et aura un autre enfant, Théodore, en 1856 alors qu’elle habitait Montrouge. Mais voilà, l’histoire se répète toujours et le père est déclaré inconnu. Quelques années plus tard, elle reviendra habiter Paris, rue Boulard, en épousant François venu chercher fortune à Paris.

Elle s’appelait Louise Espérance et elle est morte à Paris rue du Maine dans le quatorzième arrondissement et elle ne saura jamais qu’une de ses descendantes habitent de nos jours à quelques centaines de mètres de là.

Sa petite fille "Adèle"...


Pour consulter sa fiche => indi .


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.