Généalogie des MaLiBeLe
Collectionner les briques estampillées est un passe-temps qui prend beaucoup de temps et de place.
La citation du jour
Les idées sont de véritables forces. Le pouvoir de la personnalité est également infini. L'union des deux fait toujours l'histoire.  (Henry James )
La réflexion du jour
La dérision est l'arme des faibles : c'est toujours celle qu'on utilise quand on n'a plus d'arguments.
Activités
bénévole - geek - cycliste (cyclotouriste) - généalogiste - photographe - collectionneur - écrivain - enseignant - Diverses informations
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

Sauvegarde de la briqueterie de Pont-Long

Mots clés : collectionneur , brickostampaphile

jeudi 1er novembre 2018


Il s’agit d’un appel à financement (cagnotte) maintenant terminé (lors de sa découverte !). Dommage que l’article ne soit pas daté mais il semble que ce soit en 2016...

Venez au secours d’une vieille dame du patrimoine Solognot en écoutant son histoire passée et à venir. Afin de la préserver et de la transmettre aux nouvelles générations, elle a un besoin urgent de votre aide.

Bonjour, je me présente, la briqueterie de Pont Long et je vais vous conter mon histoire.
Je suis née en 1852 sur la route de Ménestreau à Marcilly-en-Villette dans le Loiret.

Vue de la route d’une partie du site Juillet 2016

J’ai participé pendant une bonne partie de ma vie à apporter ma pierre, que dis-je ma brique, à la réalisation de nombreuses maisons ou même de grandes bâtisses de mon village. Le lieu de production et les chantiers n’étaient jamais bien loin. D’ailleurs à cette époque, nous étions trois consœurs sur la commune sans jamais se faire de vraie concurrence. Pourtant c’est avec une certaine fierté que je me distinguais des autres par mon four vertical à cheminée tronconique sur chambre de cuisson quadrangulaire mais surtout par ma moise et ses madriers de bois.

L’état actuel du four

Bien sûr, je n’étais qu’une petite unité de production mais il m’était agréable de voir tous ces gens œuvrer pour réaliser ces quantités de briques. C’était ma contribution à la vie locale.

Je me suis retroussée les manches lorsqu’il a fallu s’adapter aux nouvelles technologies. Je me souviens, c’était dans les années 1920 pour permettre la fabrication d’éléments creux.

La fabrication commençait au printemps. Le moulage était primordial. Afin de sécher l’argile pendant cinq semaines, nous avions construit deux séchoirs d’époques différentes (le plus ancien présente encore des parois en briques à claire voie et une toiture de tuiles disposée 2/3 selon le système de la couverture par tiers) et une maison de tuilier située un peu à l’écart (aujourd’hui propriété d’un particulier).

Les deux séchoirs

Puis c’était la cuisson qui durait une bonne semaine. C’était le moment que je préférais.

Toute cette effervescence autour de mon four pour alimenter son foyer des quelques 2500 à 3000 bourrées (fagots) pour obtenir les 950° de la cuisson finale.

Les deux derniers jours, j’adorais arborer ce panache de fumée blanche s’extirpant de mon joli conduit comme un signal du « grand feu » adressé aux alentours.

J’avais envie de crier :

« Vous voyez, moi….je cuis mes briques…. je vis…. » 

Puis après plus d’un siècle de bons et loyaux services, j’ai pris ma retraite dans les années 1960 vaincue par le progrès technique…. pas assez rentable qu’ils m’ont dit……

Depuis je suis à l’abandon…..bien sûr j’ai apprécié au début ce repos bien mérité, j’ai même servi de décor dans les années 1990 pour un spectacle sur le thème des histoires de Sologne…. Que de souvenirs sont revenus alors…je revoyais l’image de mon maitre tuilier s’activant à faire fonctionner la production….

Aujourd’hui, je suis répertoriée sur la liste des monuments historiques mais je suis en vente, envahie par la végétation, mon beau four à perdu sa moise, mes bâtiments se dégradent rapidement surtout le plus ancien….

On ne sait pas si je pourrais passer l’hiver prochain....

Etat actuel du séchoir le plus ancien

Non la briqueterie de Pont-Long ne disparaitra pas,

J’ai bon espoir car j’ai appris qu’une association « les Amis des Tuileries et Briqueteries de Sologne » forte d’une dizaine d’adhérents passionnés par mon histoire, s’est créée. Ils veulent m’aider à retrouver une nouvelle vie, raconter mon histoire, la transmettre aux nouvelles générations. Pour cela, il faudra panser mes blessures et me rendre accessible au public à condition que l’association ATBS en devienne propriétaire. Vos dons serviront à cela.

Venez me voir nombreux pour me soutenir, je suis visible de la route qui relie Marcilly en Villette à Ménestreau en Villette dans le Loiret (45), affaiblie mais encore debout.

Je vous promets de vous donner prochainement de mes nouvelles, j’espère qu’elles seront meilleures.

Je vous remercie beaucoup d’avoir pris quelques instants pour écouter mon histoire et vous invite à aider ATBS dans leur projet de sauvegarde et de restauration du site.

A très bientôt.

La briqueterie de Pont-Long

cerclage en bois qui fait de ce site un exemplaire unique en Sologne 

Voir en ligne : L’article original était encore consultable en ligne le 8 janvier 2023.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.