Lorand
Apprendre, comprendre et transmettre pour exister. (Descartes)
La citation du jour
Attendre est le propre du patient. C'est donc de là que vient son nom.
ACTIVITE
-  ?
- geek
- cyclotourisme
- généalogie
- lectures
- Collection
- bricolage
- citoyen
- marche
- Ecriture
- Photographie
Rubriques
Catégories
- ACTIVITE
- LOCALISATION
- Départements
- THEME
- ORGANISME
- PERSONNE & FAMILLE
- DOCUMENTATION
- EX-METIERS
Mots-clés
Lorand

Site personnel de Roland Bouat. Pour les curieux : Lorand est un anagramme de Roland.

https://www.lorand.org

Accueil > Généalogie MaLiBeLe > Challenge AZ > ChallengeAZ-2017 (5ème participation) : souvenirs d’enfance > A : Allergies / Autarcie / Automobile

A : Allergies / Autarcie / Automobile

Mots clés : généalogie, Lot (46), #challengeAZ

jeudi 1er juin 2017, par Roland


 L’allergie au "pain chaud"

Je fais partie de ces nombreuses personnes victimes des allergies. Pour moi, ce sont surtout des pollens. Actuellement, la plus difficile à supporter est celle des pollens de colza qui envahissent tout fin avril, début mai. La première allergie aux pollens qui m’a posé problème est due à une plante ’lou pa cau" (prononcer lou po kaou, traduction en français : le "pain chaud"), le panais jaune peut-être en français (rien n’est certain). Cette petite fleur jaune (mais grande plante de la famille des ombellifères je crois) existe un peu partout maintenant le long des routes. J’ai découvert mon allergie du côté de Rocamadour. En vacances chez ma grand-mère, j’ai aidé mon oncle a nettoyé des bordures (les "talbères") de champ envahi par cette plante. Le soir, les brais me démangeaient déjà. Les jours qui suivirent furent un enfer avec des cloques recouvrant complètement mes bras et m’en pêchant presque toute activité. Les soins conseillés par le médecin furent désinfection régulière et badigeonnage à l’éther pour cacher les démangeaisons.

Voir aussi P : po cau

 Autarcie

Ce mot s’applique plus généralement à un pays mais, pendant mon enfance, les fermes vivaient en autarcie. C’est à dire qu’elles se suffisaient en elle-même et produisaient tout ce dont elles avaient besoin. C’était notre cas malgré les hivers très rigoureux (il n’est pas rare que le thermomètre descende au-dessous de -10°) et les étés sans eau (je me souviens du camion des pompiers qui venaient presque chaque année remplir la citerne asséchée à la mi-août. Nous cultivions des pommes-de-terre en plein champ, gérions un grand jardin (environ 500m² à quelques mètres de la maison), produisions notre lait et nos fromages grâce à quatre vaches et quelques chèvres, récoltions les produits de la nature toute l’année, surveillions jalousement les clapiers fabriqués avec des planches de récupération (voir E : élevages)... Parmi nos récoltes naturelles : champignons bien sûr mais aussi les escargots de mai à juillet, parfois un lapin que nous avions réussi à prendre au collet ou... à la course avec l’aides des grillages des clôtures (!). Nous faisons beaucoup de conserves en bocaux mais aussi en boîte que nous allions sertir chez le forgeron à Miers. Et puis, il y avait la grande fête : le "tue cochon" (voir S : saucisse et T : tue-cochon) ! Pendant les jours qui suivaient, on faisait bombance en mangeant de la viande (surtout du boudin) tous les jours.

Il y avait quand même le boulanger, le boucher et l’épicier qui passaient avec leurs camionnettes respectives une fois par semaine. Mais ce qui manquait alors (surtout pour le boucher), c’était... l’argent pour régler les dépenses !

Voir aussi : F : ferme

 L’auto la plus ancienne dont je me souvienne

Je sais que mon père a eu une Juva4 mais la plus ancienne automobile dont je me souvienne est une Peugeot 203, une berline. Elle était grise, avait des indicateurs de direction articulés qui étendaient leurs "ailes" sur le côté. Les portières avant s’ouvraient vers l’arrière. Il n’y avait pas de ceintures de sécurité à cette époque. L’auto nous transportait à la "foire" (le marché) ou à la fête. Le dimanche (voir D : dimanche), de temps à autre, nous allions voir la famille à quelques dizaines de kilomètres ou, très rarement, pique-niquer au bord d’une rivière : une fête pour nous les enfants du causse. Le lieu le plus loin que nous avons dû atteindre doit être Brive en Corrèze : c’est à 40 km de la maison !

Histoire de la Peugeot 203

Voir aussi P : Peugeot

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières brèves
28 novembre D’une pierre deux coups

Je cherchais comment fusionner deux sites. Grâce à spip.rezo, j’ai trouvé le plugin fusion (https://contrib.spip.net/Fusion-de-SPIP). Si j’ai bien (...)

27 novembre Retard...

Ouah... j’ai pris du retard. Au boulot pour rattraper ma négligence. Depuis quand abandonnerait-on un défi ? Ben oui, j’ai décidé de publier une (...)

10 novembre Site en panne...

Peut-être est-ce passé inaperçu auprès de quelques-uns mais le site Internet n’était pas accessible vendredi matin. Nous n’y étions pour rien. Il (...)

Généalogie MaLiBeLe
Site servant aussi de test à la mise en œuvre de certaines fonctionnalités (donc expérimental).